Les femmes de Chefchaouen et la filature de laine entre simplicité et leçon de vie.

Les femmes de Chefchaouen préparaient les fils de laine dans leurs maisons, tandis qu’elles chantaient des vers soufis ou des chansons populaires connues dans le nord. Lorsque nous pensons à la simplicité de ce passé, nous sommes inspirés par l’une des professions qui est encore présente dans les esprits et qui a accompagné l’enfance de beaucoup d’entre nous.

«Beaucoup de femmes ont arrêté en raison de l’évolution de la vie et de l’émergence des usines qui fabriquent ce produit», a déclaré l’une des femmes qui travaillaient dans la profession. De plus, les hommes tressaient aussi de la laine pour préparer les Jellabas.

Elle ajoute que ce travail ne peut être accompli avec perfection que par des femmes. Celles-ci préparaient les fils de laine pour obtenir de l’argent pour subvenir aux besoins des enfants, notamment lors des «Eid Al-fitr» et «Eid al-Kabir».